Blog 49 (23.02.2018)

Blog June 2018

Madagascar est un vaste pays. Les villages sont répartis entre les collines, parmi les prairies à herbes hautes ou par les forêts tropicales. Alors que les villages plus anciens sont construits au sommet des collines, beaucoup de gens vivent aujourd'hui plus près de leurs champs. 

Partout où les gens vivent, AiNA soa veut qu'ils en sachent plus sur la santé et les premiers secours. Les connaissances sont diffusées à travers les agents de santé locaux et les travailleurs communautaires dans les villages. Depuis le début de cette année, 2 districts bénéficient de la formation de AiNA soa.

Tsiroanomandidy, dans la région de Bongolava, fait parti des hautes terres. La ville principale est située à 220 kilomètres d'Antananarivo. Cette région produit une grande partie de la nourriture de base qui est consommée dans tout le pays. Le grand commerce de zébus dans cette zone rend la sécurité très fragile, car des groupes de cambrioleurs (dahalo) peuvent se dresser pour attaquer les propriétaires de zébus dans les villages. Dans le district, 34 agents de santé ont manifesté leur intérêt à travailler avec l'AiNA pour diffuser l'enseignement.

Le deuxième district d'intervention pour AiNA soa est Vangaindrano dans la partie Sud-Est de Madagascar. Il faut 24 heures de taxibrousse (le transport par bus local) pour faire la distance de 745 kilomètres d'Antananarivo à cette ville. Au fur et à mesure qu’on avance, la longue route jonchée de virages affiche une variété de paysages: des collines rocheuses, une zone agricole plate, des forêts verdoyantes et sans oublier la zone touristique de Ranomafana. Parmi les agents de santé du district, 37 sont prêts à accueillir AiNA soa dans les communautés où ils travaillent.

A la sortie des villes, les chemins de terre commencent. Lors de la visite des centres de santé, les équipes doivent prendre un bus local, une moto ou un vélo. Sinon, nos courageux staff doivent marcher à pied jusqu'aux villages.

 

Le témoignage de Maro:
Lors de notre descente à Tsiroanomandidy, nous avons vu dans les yeux des agents de santé le désir d'apprendre. Qu'ils soient médecins ou paramédicaux, ils ont dit que les premiers secours sont un atout important pour leur travail et une aide importante pour les communautés.